LOCOAL MENDON

DEGEMER MAD

(Bienvenue, Welcome,Wilkomenn,Bienvenudo…)

 
Présentation de Locoal Mendon, extraite d'une brochure réalisée par la commune et écrite par Alain Le Buhé.

Echos d'un temps passé, résonances d'avenir...

La Campagne au bord de la Mer.

Un patrimoine riche et varié.

 

Echos d'un temps passé, résonances d'avenir...

En plein Empire, une décision autoritaire de Napoléon, relayée par le Préfet du Morbihan, va lier le destin de deux " Paroisses " de l'Ancien Régime. L'une, MENDON qui, avant la Révolution, dépendait de la Sénéchaussée d'Auray et l'autre, LOCOAL qui dépendait de la Sénéchaussée d'Hennebont.

Pourquoi ce désir de fusion ? Il semblerait que Napoléon ait voulu effacer jusqu'au souvenir d'une bourgade par trop accueillante à son ennemi Georges CADOUDAL, Chef des chouans du Morbihan. Il s'agit en l'occurrence de LOCOAL, lieu de résidence de1a famille maternelle de ce dernier et refuge ponctuel à la suite d'opérations militaires sur le département ou la région.

Mais l'histoire de LOCOAL-MENDON ne commence pas sous l'Empire, en effet l'existence de MENDON est attestée depuis, au moins mille ans. L'étymologie nous révèle un nom plus gaulois armoricain que breton. On aurait, en effet DON du gaulois DUNON : hauteur fortifiée. Le MEN qui précède pourrait correspondre soit au gaulois MAEN : puissant ou MEINA/MENA : mine ou encore un terme du vieux breton MANÉ ou MEN : colline. En définitive nous avons le choix entre PUISSANTE COLLINE FORTIFIÉE, MINE DE LA HAUTEUR FORTIFIÉE, LE FORT DE LA COLLINE etc...

La signification de LOCOAL est plus claire, composée de LOC+GOAL. On a ici le LOCUS latin qui signifie lieu consacré et le nom d'un saint homme GOAL (ou GUTUAL ou GUDWAL ou GURVAL) ce qui nous donne donc : ERMITAGE DE SAINT GOAL.

Haut de page

La Campagne au bord de la Mer.

Dualité historique .mais aussi dualité des paysages.

Locoal Mendon offre, sur les bords de la Ria d'Etel, un double visage à la fois rural et maritime. Les paysans et les ostréiculteurs ont façonné le milieu naturel et lui ont donné une personnalité enviée par beaucoup : un bocage agricole sauvegardé et une quarantaine de kilomètres de rivages marins en l'état originel avec une flore et une faune spécifiques. Les petits chantiers conchylicoles qui ponctuent la côte limitent la pression immobilière et participent ainsi à la préservation des sites littoraux.

Haut de page

Un patrimoine riche et varié.

La commune offre une vision intimiste qui résume toute la Bretagne; pas de paysages grandioses mais des découvertes à dimension humaine pour celui qui sait voir et écouter : c'est une aigrette blanche qui s'envole, un héron immobile, qui guette sa proie, c'est la très rare loutre qui s'ébroue et rejoint les roseaux, plus loin, un balbuzard pêche. C'est aussi un coucher de soleil avec un mégalithe en contre-jour, un humble calvaire de granit marque une croisée de chemins, une fontaine millénaire déverse son trop plein qui se perd en serpentant dans la prairie.

 La découverte des dolmens du CLEFF, incite à une randonnée sportive sur un sentier aIpestre qui mène au sommet de la colline de MANNÉ ER HLOH : la montagne de la cloche, à moins que ce soit MANNE ER LORH : la montagne de l'épouvante... De même la quête de la stèle dite QUENOUILLE DE BRIGITTE incite à la flânerie le long des étiers de LOCOAL. Si le gastronome à la recherche de l'huître au parfum subtil ne trouve pas la perle rare chez l'un des vingt producteurs, c'est qu'il se sera laissé séduire par une croisière sur la Ria au départ d'Etel ou par une partie de pêche aux coquillages dont la qualité est sans conteste, dans ce site, à l'abri de toute pollution.

DOUÉ HA MEM BRO : Dieu et mon pays, devise des chouans de Bretagne, que l'on trouve dans l'enclos paroissial de Locoal, gravée sur la pierre tombale de Jean-Marie HERMELY, agent de liaison pour le compte de Cadoudal, peut se rapporter aussi à cette commune qui compte six chapelles votives dont chacune mérite le détour. On y découvrira ce petit rien qui passionnera l'érudit, l'esthète ou le croyant : Ste MARGUERITE d'ECOSSE, Ste BRIGITTE de KILDARE., St VINCENT FERRIER, St JEAN de JÉRUSALEM, St GILDAS de RHUYS ou d'ailleurs, etc...

Terminer un périple en fin d'après-midi quand le soleil se penche du coté de St Cado, sous les frondaisons du sentier dit " de Cadoudal " en l' état depuis au moins le XVII siècle, couronnera la découverte de l'île du Bonheur, autre nom mérité de cette presqu'île de Locoal.

N'est-ce pas une approche du bonheur que de jouir du silence et de la beauté, du calme et de la sérénité, à deux pas de l'agitation estivale de la TRINITÉ sur MER, de CARNAC et de QUIBERON ? 

Haut de page

 

Retour à la page d'accueil